Alexandre Gervais : « Être à la Jeune Chambre, c’est se sentir utile aux autres »

Il a l’œil brillant, le verbe énergique et un franc-parler qui l’honore, Alexandre Gervais, 33 ans, est le président de la JCE de Bordeaux. Ancien vice-président de la JCE de Paris, il retrace son parcours.

Comment as-tu connu la Jeune Chambre ?

« Un de mes meilleurs amis était mon colocataire à Shanghai. Il était membre de la JCE des Français de cette ville. Je suis rentré en France, lui aussi. Il m’a bassiné pendant des semaines pour que je vienne. J’étais très pris dans ma routine métro-boulot-dodo. Un soir, il m’appelle et me raconte qu’il lance une commission sur l’économie en lien avec l’insertion des jeunes. C’est un sujet qui me touche beaucoup : quand j’étais en école de commerce à Montpellier, j’ai bénéficié d’une bourse d’excellence. Je veux rendre ce que l’on m’a donné. Je participe donc à cette première réunion, en juin 2015, je m’en souviens comme si c’était hier. Depuis je n’ai jamais quitté la JCE ! »

As-tu une anecdote marquante ?

« Toujours lors de cette première réunion, il y avait une autre observatrice. C’était aussi une découverte pour elle. Cette jeune femme, Julie, est devenue Madame Gervais, ma femme. Ce soir-là, j’ai eu deux coups de foudre, un personnel et un autre pour la JCE. C’est logique, nous partageons tous les mêmes valeurs quand on est Jaycee, donc forcément, ça matche entre nous ! »

Que représente la JCE selon toi ?

« Être à la Jeune Chambre, c’est se sentir utile aux autres. Nous détectons les problèmes, les résolvons en imaginant des solutions innovantes. Nous avons le droit de nous tromper. Nous possédons une large marge de manœuvre et de nombreuses libertés. C’est tellement rare dans le monde professionnel, l’associatif nous le permet et il faut en profiter ! »

2019-07-02T11:24:53+00:00